Sos Médecins Genève

La grippe masculine, une réalité ?

  • 12 décembre 2017
Partagez !Share on FacebookEmail this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Une femme obligée de jouer  l’infirmière auprès de son partenaire atteint de grippe peut atteindre rapidement les limites de sa patience. Mais cet homme allongé sur le canapé protestant qu’il est trop faible pour descendre les poubelles n’est peut-être pas le gros bébé qu’il paraît.

Une revue scientifique suggère maintenant que la «grippe masculine», à l’existence très controversée, pourrait être une réalité, car les hommes ont des réponses immunitaires plus faibles contre les virus respiratoires.

Les homme ont tendance à sous-évaluer leurs maladies devant les médecins, tandis que les études montrent que la testostérone peut les rendre moins aptes à combattre la grippe.

La preuve est présentée dans le British Medical Journal (BMJ), dans un rapport du Dr Kyle Sue, professeur assistant clinique à l’Université Memorial de Terre-Neuve au Canada.

Cependant, le Royal College of General Practitionner a riposté, soutenant que ce constat était faux.

Dr Sue écrit: «Les hommes n’exagèrent sans doute pas  leurs symptômes, mais ont des réponses immunitaires plus faibles aux virus respiratoires viraux, conduisant à une plus grande morbidité et la mortalité que chez les femmes.

Il ajoute: «Étant donné qu’environ la moitié de la population mondiale est de sexe masculin, considérer les symptômes respiratoires viraux masculins comme« exagérés » et cela sans preuves scientifiques rigoureuses, pourrait avoir des implications importantes pour les hommes, y compris une fourniture insuffisante de soins.

Le Dr Sue avance des preuves selon lesquelles que les hommes adultes auraient un risque plus élevé d’hospitalisations liées à la grippe que les femmes. Une étude américaine sur les décès de grippe au cours de la décennie jusqu’en 2007 a révélé que les hommes avaient un taux de mortalité plus élevé que les femmes, indépendamment des autres maladies.

Les femmes préménopausées, semble-t-il, sont plus aptes à combattre le rhume.

La revue suggère que la testostérone pourrait réduire l’activité du système immunitaire masculin, rendant plus difficile la lutte contre la grippe, alors que les hormone sexuelle féminine stimulent la réponse immunitaire.

Le Dr Sue estime que les hommes développant des symptômes plus importants lors d’une grippe était  une stratégie importante pour survivre à l’époque des hommes plus primitive, les gardant ainsi à l’abri des prédateurs en les forçant au repos.

Source : http://www.dailymail.co.uk/news/article-5169517/Man-flu-does-exist-caveman-blame.html

© Copyright 2014 - SOS médecins Genève